Condamnation de Barnabé Milinganyo : « Qui sera le prochain ? », déplore et s'interroge Félix Kabange Numbi

Condamnation de Barnabé Milinganyo : « Qui sera le prochain ? », déplore et s'interroge Kabange Numbi

La condamnation de Barnabé Milinganyo à 3 ans de servitude pénale a soulevé une vague de réactions dans le clan FCC.

«Hier, c’était Henri Magie. Aujourd’hui Barnabé Milinganyo, condamné pour offense au chef de l’Etat. Qui sera le prochain ? La liberté d’expression nous est retirée. Sommes-nous encore dans un pays des libertés ? Attention à ne pas basculer dans l’obscurité de la 2ème République », déplore le ministre honoraire de la santé et membre de proue du FCC.

Le tribunal de paix de Ngaliema siégeant en matière de flagrance a condamné samedi dernier, le prévenu Barnabé Milinganyo à trois ans de servitude pénale et au payement d’une amende de deux millions de francs congolais. Deux faits retenus par le ministère public à charge de cet ancien Kadogo (enfant soldat) : la menace de mort et offense au Chef de l’État.

Noeud du problème

À propos de la crise politique actuelle entre CACH et le FCC, il avait affirmé que la seule alternative à la cohabitation ou à la coalition était, pour le président Félix Tshisekedi, « akolia mbuma ».

L'expression est utilisée par les militaires et les bandits pour dire que quelqu'un va prendre une balle. Mais pour son avocat Me Willy Ngashi, la condamnation de Milinganyo est basée sur des hypothèses qui ne sont établies ni en fait ni en droit, car, explique-t-il, l'expression « akolia mbuma » veut tout simplement dire « manger le fruit ». La justice, dit-il, doit éviter de ne servir qu'un seul camp.

Orel Bikandem

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir