Willy Bakonga: entre l'innocence et la condamnation!

RDC: Willy Bakonga entre le Sénat et la comparution !

L'opinion publique s'interroge sur la suite qui sera réservée au ministre sortant de l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique, Willy Bakonga, après avoir été interpellé au Congo-Brazzaville, dans une affaire de malversations financières.

En effet, d'après une poignée de congolais, M. Bakonga n'est pas inquiété par les démarches entreprises par la Justice sur le présumé détournement des fonds alloués à la gratuité de l'éducation de base. Ce, au regard de sa dernière correspondance adressée au bureau du Sénat, sollicitant sa réintégration. Par Contre, plus d’un Kinois entrevoit une fin morose pour Willy Bakonga, au regard des soupçons pesant sur lui y compris la clameur publique.

"J'ai l'honneur de vous informer que je regagne mon siège au Sénat, conformément au règlement d'ordre intérieur et usage au sein de notre institution", a-t-il écrit au bureau du Sénat le 17 avril. 

Willy Bakonga a été élu député national de la circonscription électorale de Boende dans la province de la Tshuapa puis sénateur. Il avait donc  cédé ses deux sièges à ses suppléants au profit du ministère de l'EPST dans le gouvernement Ilunkamba.

Vomi par le sien?

Reagan Bakonga, le suppléant jeune frère du Ministre Bakonga au Sénat s'insuge contre la procédure entamée par son grand frère pour récupérer son poste au Sénat. Lors de la plénière, il n'a pas caché ses sentiments : "Je demande à votre sagesse, au bureau et à l'Assemblée plénière de pouvoir rejeter carrément cette lettre. Il s'agit d'un usage de faux", a-t-il répliqué.

Come-back

L'opinion se souviendra avec force que "Lors de l'élection du bureau définitif ou le premier bureau (dirigé par Alexis Thambwe Muamba), Willy Bakonga n'était pas dans la salle pour la simple raison qu'il avait renoncé à son mandat de sénateur. Il a été nommé ministre d'Etat et a cédé sa place à sa femme, qui était sa première suppléante".

Pour couper court, en sa qualité de Président de la chambre haute du parlement, Modeste Bahati Lukwebo a rappelé à Reagan Bakonga : 

"Les problèmes internes de votre famille n'intéressent pas la plénière. Si vous vous sentez lésé, vous allez saisir les Cours et Tribunaux. Pour nous, lorsque nous avons validé le mandat au Sénat, le nom de Willy Bakonga était bel et bien repris comme sénateur''.

Il a poursuivi : 

"À partir du moment où il nous saisit, administrativement nous prenons actes et c'est ce que la plénière a fait", a conclut le président du Sénat.

L’Inspection Générale des Finances (IGF) a publié mercredi 18 novembre 2020 le rapport de sa mission sur le contrôle de la paie des enseignants par la situation de mise à disposition des fonds au profit du ministère de l’EPST.

Dans ce rapport, l’IGF avait noté également le détournement supposé de près de 62 milliards de FC. Il y a aussi utilisation de fausses factures pour détourner les fonds. Cinq hauts responsables de l’EPST, quelques agents de la direction de la paie et de la direction du trésor et de l’ordonnancement du ministère des finances ont été identifiés comme étant à la base de cette situation. 

Jusque-là, deux collaborateurs de Willy Bakonga ont été jugés et condamnés à 20 ans de travaux forcés pour détournement de fortes sommes. d’argent. Le Sénateur Willy Bakonga, alors ministre d’État à l’EPST avait été cité à maintes reprises par l’inspecteur général à l’enseignement primaire et son compagnon d’infortune le directeur national du SECOPE. 

Orel Bikandem

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir