L’UNICEF condamne la mort tragique d’élèves finalistes dans la province du Nord-Kivu

L’UNICEF condamne la mort tragique d’élèves finalistes dans la province du Nord-Kivu

Communiqué de presse

L’UNICEF condamne la mort tragique d’élèves finalistes dans la province du Nord-Kivu

KINSHASA, 28 août 2020 - Des élèves finalistes ont perdu la vie hier dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu suite à une confrontation entre les forces de l’ordre et un groupe armé à proximité d’un centre d’examen. 
Selon Salomon Shalumoo Tsambali, le Directeur de la Province Educationnelle du Nord-Kivu, ces élèves ont trouvé la mort alors qu’ils se trouvaient à l’Ecole Primaire Ngoyi pour la deuxième journée du Test National de Fin d'Etudes Primaires. La Présidence de la République Démocratique du Congo (RDC) a confirmé le décès de deux élèves. Les précisions sur cette attaque sont encore à déterminer et une enquête est en cours.

« L’UNICEF présente ses condoléances aux familles des enfants et condamne avec la plus grande fermeté cette attaque près d’un centre d’examen », a déclaré Katya Marino, Représentante Adjointe de l’UNICEF en RDC. « Toutes les parties au conflit doivent protéger les écoles et assurer la sécurité des enfants conformément au droit international. »

En 2016, la RDC a signé la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, s’engageant ainsi à promouvoir et protéger le droit à l’éducation dans les situations de conflit armé.

L’UNICEF coopère avec le Gouvernement et ses partenaires dans les zones touchées par la violence pour fournir des kits d’apprentissage aux élèves et enseignants affectés par les conflits et mouvements de population. L’UNICEF procède aussi à la réhabilitation des écoles détruites afin d’assurer à tous une éducation équitable de qualité dans un environnement sain et protecteur.

Aucun mot ne peut exprimer la douleur qui est nôtre de voir des élèves, nos enfants, ciblés et tués alors qu’ils s’apprêtaient à passer le TENAFEP à Masisi au Nord-Kivu. Nos condoléances les plus attristées à leurs familles biologiques et à toute la famille éducationnelle.

Le Ministère de l’EPST condamne avec véhémence cet acte ignoble et demande que justice soit faite pour punir les auteurs de cette barbarie.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir