Coopération RDC - Banque Mondiale : 800 millions USD alloués pour la paie de plus de 500.000 enseignants et le fonctionnement de plus de 50 000 écoles sur une période de trois ans

Banque Mondiale

La Banque mondiale a octroyé au gouvernement congolais 800 millions USD pour la paie de plus de 500 000 enseignants et le fonctionnement de plus de 50 000 écoles premières de la RD. Congo sur une période de trois ans. A ces deux rubriques, s’ajoute les réformes du secteur éducatif qui seront toutes prise en charge dont l’accord de financement a été signé le 23 juin 2020 à Kinshasa.

« C’est un fonds qui est attribué à la RDC pour soutenir la politique de gratuite. Les salaires des enseignants (plus de 500 000) et le fonctionnement des écoles primaires (plus de 50 000). Ces fonds vont soutenir l’augmentation assez forte des coûts de l’éducation primaire dans le budget de l’état et soutenir les réformes du secteur de l’éducation », a révélé le directeur pays de la Banque mondiale, Jean-Chistophe Carret dans une interview accordée à Zoom Eco.

Pour cette institution de Bretton Woods, il est important que ce secteur soit bien géré en termes de planification pour le recrutement des enseignants et que sa numérisation se poursuive pour garantir la transparence et améliorer la qualité du personnel enseignant.

Jean-Christophe Carret de préciser : « il y a beaucoup de progrès à faire pour que les enfants puissent aller à l’école, pour que la qualité de l’enseignement s’améliore… Sur plus de 80 millions d’habitants, il y a au moins 36 millions qui ont moins de 14 ans. Et les chiffres qu’on a pour l’éducation primaire, c’est 13 millions d’enfants qui sont déjà scolarisés. Et que l’annonce de la gratuite par le président Tshisekedi à ramené 2,5 millions d’enfants de plus. Donc, ça concerne une grande frange de la population. »

Si la Banque mondiale travaillait sur un projet d’un milliard de dollars américains à décaisser sur deux ans essentiellement pour l’éducation, les impératifs conjoncturels liés au coronavirus ont fait en sorte que ce projet soit revu à la baisse et arrêté à 800 millions USD sur une période de trois ans.

Une fois les formalités administratives seront remplies côté congolais, la Banque mondiale pourra amorcer le décaissement selon le plan arrêté de commun accord avec le Gouvernement congolais. Et cette mise à disposition se fera de manière progressive et par étape au regard de l’appréciation des résultats de l’exécution du projet.

Pour y parvenir, les vérifications de terrain seront organisées par les équipes mixtes. C’est pour cela que la Banque mondiale a opté pour un suivi étroit sur dix provinces de la Rd Congo qui, prises ensemble, concentrent plus de 50% de la population congolais alors qu’elles ne représentent que 20% du territoire national.

Il y a lieu de rappeler que le Projet pour l’équité et le renforcement du système éducatif (PERSE) vise l’amélioration de l’accessibilité de l’enseignement en faveur des enfants des ménages les plus pauvres.

Bien au-delà, la banque mondiale est sur un projet en cours sur lequel elle travaille depuis deux ans. Celui-l) est axé sur la qualité de l’enseignement.

Un autre, par contre, a été approuvé depuis un mois pour la protection sociale avec un don de 445 millions USD au Fonds social de la République. Une grande partie de ce fonds financera la réhabilitation des salles de classes.

Zoom Eco/Titre Réveilcongo

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir