Mésentente FCC-CACH: Maître Magloire Kasongo invite le Premier-ministre à démissionner !

Magloire Kasongo

Face au tollé provoqué par les dernières ordonnances présidentielles nommant les responsables à la justice et à l'armée, Maître Magloire Kasongo, Secrétaire Général de la Démocratie Chrétienne, parti cher à Eugène Diomi Ndongala,  remet les points sur les "i". Dans une réponse réservée au Front Commun pour le Congo, il affirme que la  "Constitution n''a nullement été violée dans son article 90 al 2". 

Ci-dessous, sa déclaration parvenue à notre rédaction.

"UN REVIREMENT SPECTACULAIRE QUI N'HONORE PAS"
-------------------------------
Nous avons suivi la déclaration du cabinet du Premier Ministre Sylvestre Ilunga sur les ordonnances du Président de la République, et sommes étonnés de la teneur de cette communication. Pour rafraîchir la mémoire du Premier Ministre, nous relevons la seule chose *"la constitution n'a nullement été violée dans son article 90 al 2"* L'intérim est le fait de la loi fondamentale et non d'une note du Prémier Ministre à son intérimaire.

Ainsi, la rencontre projetée par lui, avec le Chef de l'État n'aura aucune issue. Face à son désaccord avec le Président de la République à ce sujet, l'expression la plus courageuse serait de démissionner que de verser dans l'agitation, spectacle frisant la campagne des saints.
Entant que professeur d'université et homme d'État, le Premier Ministre est invité au sens de dignité.

Maître MAGLOIRE KASONGO
Secrétaire Général de la Démocratie Chrétienne chère à Eugène DIOMI NDONGALA et Coordonnateur Adjoint des forces politiques alliées à l'UDPS

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir