RDC : Basile Olongo brandit trois hypothèses qui justifient l'impossibilité de tenir les élections en 2023

RDC : Basile Olongo brandit trois hypothèses qui justifient l'impossibilité de tenir les élections en 2023

Vice-Ministre honoraire de l’intérieur, député honoraire très populaire à Kinshasa, Basile Olongo est monté au créneau, le lundi 03 août 2020, en lâchant, au grand étonnement de nombreux analystes politiques, une opinion qui suscite un débat houleux au sein du microcosme politique congolais.

Voici l’extrait de ses avis musclés : «Tous les paramètres indiquent qu’il est impossible d’organiser les élections en 2023 », «Tout le monde doit y participer pour apporter son expertise afin de garantir de bonnes élections qui peuvent avoir lieu même en 2026 ».

Trois hypothèses sont sorties de sa gibecière pour appuyer son argumentaire.

Il s’agit, entre autres, de l'organisation du bureau de la CENI qui n’a pas encore son président ainsi que les délégués des parties prenantes, des réformes électorales telles que décriées actuellement, et du recensement de la population considérée comme clé de voûte d’une élection crédible.

” À l’allure où vont les choses, ayons le courage de se dire la vérité en face. On n'aura pas les élections en 2023. Quand est ce que les confessions religieuses vont se réunir pour nous trouver un autre candidat et si celui-là aussi ne fait pas l’unanimité. comprenez que le délai est intenable” a-t-il expliqué.

Par ailleurs, l’ancien vice-ministre de l’intérieur préconise le recensement des populations pour crédibiliser le scrutin à venir.

«On est pressé pour aller où? S’interroge-t-il avant de brandir son expertise acquise au ministère de l’intérieur démontrant que l’enrôlement avait montré ses limites. D’où le recensement de la population afin d’identifier tout congolais et espérer organiser une élection crédible », soutient-il.

«Le président de la République a intérêt de prendre tout son temps pour éviter aux congolais », ajoute-t-il au cours de l'interview accordée à la presse le lundi 03 août 2020.

Orel Bikandem

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir