RDC : le député national Éric Ngalula Ilunga invite le Premier – Ministre à rendre son tablier

Le député national Éric Ngalula Ilunga i

Eric Ngalula Ilunga, l’élu national du territoire de Lupatapata dans la province du Kasaï-Oriental, est descendu dans l’arène, ce mercredi 22 juillet, pour fustiger la déclaration du Premier-Ministre en rapport avec les dernières nominations dans l'armée et la magistrature opérées par le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi et contresignées par le vice-premier ministre de l'intérieur Gilbert Kankonde.

A cet effet, ce député national a donné sa voix auprès de nos confrères du 7SUR7.CD, en disant :  «Sylvestre Ilunga Ilunkamba devrait tout simplement démissionner s'il n'approuve pas les mises en place effectuées au sein de l'armée et de l'appareil judiciaire ».

Par ailleurs, ce député du parti présidentiel désapprouve l'attitude du Front Commun pour le Congo (FCC) de l'ex-président Joseph Kabila qui, déclare-t-il, ne peut pas bloquer le fonctionnement du pays.

"Je désapprouve cette attitude du 1er Ministre et du FCC. En l'absence du 1er ministre, celui qui a la préséance dans le gouvernement assume l'intérim. Sinon, ça devient une volonté manifeste du FCC de bloquer le fonctionnement du Pays. Le pays doit avancer", souligne-t-il.

De l’autre coté, le député Éric Ngalula Ilunga témoigne que la justice et la défense nationale sont des domaines régaliens de l'État.

"Le FCC sous-entend qu'avant ces ordonnances, la coalition FCC-CACH devait échanger au tour ces questions ? Si c'est cela alors c'est grave. C'est incompréhensible. Nous ne sommes pas dans le 1+4 où on se partageait des fonctions dans l'armée et la police", a-t-il insisté.

A titre de rappel, le Premier-Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, en intermédiaire de son porte-parole, s'est dit surpris par la publication de ces ordonnances sans "qu'il en ait été informé préalablement".

Blanchard Ndjoli

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir