Procès Mukuna ce vendredi : que retiendra l’histoire quand un Pasteur devenu politique et amoureux du foot est accusé de viol…?

Procès Mukuna ce vendredi : que retiendra l’histoire quand un Pasteur devenu politique et amoureux du foot est accusé de viol…?

Un si grand rendez-vous aux mêmes allures que celui de Vital Kemerhe et ses co-accusés.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire de la RD Congo, un Évêque de l’église de réveil qui a porté plainte contre un ancien Président de la République, accusé de sales besognes, réunira toutes ses forces afin de répondre judicieusement ce vendredi 29 mai, dans l’enceinte de la prison de Makala, aux questions des éminents juges du Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Kalamu.

Pascal Mukuna va-t-il s'en sortir sain et sauf ? La suite de l’histoire sera connue dans si peu.

L'homme aux multiples visages, à la fois Président du Football Club Renaissance et Initiateur du mouvement citoyen "Éveil Patriotique", n’a pas pu garder son ras-le-bol face à ce qu’il considère comme "changement", voulant ainsi figurer dans les annales des héros, de ceux qui participent à la révolution au vrai sens du mot.

En effet, après avoir porté plainte contre le Président honoraire, Joseph Kabila Kabange, lui-même, était ciblé dans une affaire ridicule de Mamie Tshibola, épouse de l'un de ses collaborateurs, qui l'accuse de viol, rétention illicite des documents parcellaires et menaces de mort.

Toutes les craintes et les inquiétudes de l’église du Congo est de voir Mukuna, Pasteur de son état, balbutier à la barre, trembloter et, enfin, manquer d’arguments persuasifs. Toutefois, cette hypothèse saute aux yeux comme une illusion dans la mesure où lui-même avait demandé au ministère public de s’exprimer dans une audience en public après avoir refusé de répondre aux questions des magistrats le jeudi 14 mai.

Chance ou malchance ?

Mukuna a toutes les chances de gagner son procès contre Mme Tshibola, affirment certains analystes. A les en croire, le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe qui s’est dessaisi du dossier au profit de celui du TGI Kinshasa/Kalamu, a planté un décor pour le président de l’Eveil patriotique et ses avocats conseils de présenter leurs éléments de défense en fait comme en droit, contre les préventions à charge du prévenu Pascal Mukuna.

Aussi, les menaces auxquelles il a fait objet dans la nuit du mardi 19 au mercredi 20 mai dernier dans sa cellule de prison maximisent-elles ses possibilités de sortir tête haute de cette affaire.

Par contre, tel ne sera pas le cas, si et seulement si, Mme Tshibola, présente des arguments plausibles, contrairement à ceux-là que les avocats conseils de Pascal Mukuna ont déploré. Contacté par la presse, l’un d’eux avait recadré les choses : «Il n’y a pas de viol sur majeur sans consentement, la fille s’est contredite dans ses dires. En droit congolais les vidéos ne sont pas une preuve. Pour la rétention des documents, il s’agit des pièces de succession qui n’appartiennent ni à Mukuna ni à la dame, ce n’est pas Mukuna qui pouvait donner ces documents ».

Ainsi donc, le deuxième round attendu de ce vendredi, est une occasion pour les deux camps de pouvoir sauver leur peau en public, dans le contexte d’une vraie indépendance judiciaire.
Qui gagnera le jeu ? 

Aubin Kandembi

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir