Protestations du 23-24 juin à Kinshasa : Jeanine Mabunda pointe du doigt le camp Tshisekedi et annonce des poursuites judiciaires sévères!

Jeanine Mabunda

Jeanine Mabunda, présidente de la chambre basse du parlement congolais est restée furieuse à l’endroit des « auteurs intellectuels » de derniers mouvements de protestation contre les trois propositions de loi visant la réforme de l’appareil judiciaire congolais, initiées par les députés Aubin Minaku et Garry Sakata, respectivement membres du Front Commun pour le Congo, Coalition chère à Joseph Kabila.

Dans un communiqué rendu public le 25 juin 2020, elle a haussé le ton vis-à-vis du camp présidentiel, principalement les militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS) qui ont débordé dans leur manifestation, au point de paralyser les activités au Palais du Peuple, et saccager les biens privés et publics.
« Affaiblir le député, représentant légitime du peuple, c’est vouloir placer la démocratie congolaise sous éteignoir et détruire l’édifice des acquis démocratique chèrement construit aux prix des sacrifices depuis la lutte pour notre indépendance », rappelle-t-elle avec fermeté.

D’après elle,  ces mouvements, sont à la fois, une tentative de déstabilisation institutionnelle qui peut nuire gravement à la sécurité nationale et une tentative d’intimidation et de musellement de l’activité parlementaire.

"Le bureau de l'Assemblée nationale condamne avec la plus grande fermeté, ces tentatives devenues récurrentes, d'intimidation et de musèlement de l'activité parlementaire, pilier essentiel des démocraties aspirant à l'état de droit par ce parti politique", Jeanine Mabunda.

D’après le bilan de la Police congolaise, plusieurs biens privés ont été vandalisés par les manifestants et 40 ont été interpellés. 18 personnes ont été blessées dont 15 policiers.

Orel Bikandem

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir