Covid-19 : "les gouvernements doivent être transparents, réactifs et responsables " , Guterres

Covid-19 : "les gouvernements doivent être transparents, réactifs et responsables " , Guterres

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré jeudi 22 avril que la pandémie de coronavirus est "une crise humaine qui est en passe de devenir une crise des droits de l'homme"

C'est dans un message vidéo que le Chef de l'ONU s'est exprimé. Pour lui, il existe une discrimination dans la fourniture de services publics pour lutter contre le COVID-19 et qu'il existe des «inégalités structurelles qui entravent leur accès».

Guterres a déclaré également que la pandémie a vu «des effets disproportionnés sur certaines communautés, la montée des discours de haine, le ciblage des groupes vulnérables et les risques de réponses de sécurité musclées compromettant la réponse sanitaire».

Il a averti qu'avec «l'ethno-nationalisme croissant, le populisme, l'autoritarisme et une poussée contre les droits de l'homme dans certains pays, la crise peut fournir un prétexte pour adopter des mesures répressives à des fins sans rapport avec la pandémie».

En février, António Guterres a lancé un appel à l'action aux pays, aux entreprises et aux personnes pour aider à renouveler et à faire revivre les droits de l'homme à travers le monde, présentant un plan en sept points au milieu des préoccupations concernant le changement climatique, les conflits et la répression.

"Comme je l'ai dit alors, les droits de l'homme ne peuvent pas être une réflexion après coup en temps de crise - et nous sommes maintenant confrontés à la plus grande crise internationale depuis des générations", a-t-il déclaré.

Le secrétaire général a déclaré qu'il rendait public jeudi un rapport sur la manière dont les droits de l'homme doivent guider la riposte au virus et la reprise après la pandémie. Ni lui ni le rapport ne mentionnent de pays ou de parties responsables de violations des droits de l'homme.

Guterres a déclaré que les gouvernements doivent être "transparents, réactifs et responsables", et a souligné que la liberté de la presse, les organisations de la société civile, le secteur privé et "l'espace civique" sont essentiels.

Le rapport indique que les gouvernements doivent également prendre des mesures pour atténuer les pires impacts du COVID-19 sur les emplois, les moyens de subsistance, l'accès aux services de base et la vie familiale.

Guterres a déclaré que toutes les mesures d'urgence - y compris les états d'urgence - doivent être «légales, proportionnées, nécessaires et non discriminatoires, avoir un objectif et une durée spécifiques, et adopter l'approche la moins intrusive possible pour protéger la santé publique».

«Des pouvoirs d'urgence peuvent être nécessaires, mais de larges pouvoirs exécutifs, accordés rapidement avec un minimum de surveillance, comportent des risques», prévient le rapport. «Les réponses de sécurité brutales sapent la réponse sanitaire et peuvent exacerber les menaces existantes à la paix et à la sécurité ou en créer de nouvelles.

Orel Bikandem

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir