Covid-19 en RDC. 123 cas et 11 morts : comment sortir sain et sauf en cette période de crise ?

Covid-19 en RDC. 123 cas et 11 morts : comment sortir sain et sauf en cette période de crise ?

Le comité Multisectoriel de la Riposte à la Pandémie du covid-19 en RDC (CMR covid-19) a présenté son bulletin sanitaire faisant état de 123 cas confirmés. Du 10 mars au 1er avril 2020, 11 personnes ont succombé de cette maladie.

Au total, 14 nouveaux cas confirmés, dont 10 à Kinshasa ; 4 importés, parmi lesquels 3 de Kinshasa et 1 à Goma, au Nord-Kivu. Jusque-là, 3 personnes sont déclarées guéries.
Les responsabilités du gouvernement congolais
1. Le suivi des personnes : l’un des problèmes à Kinshasa reste le suivi des personnes contacts ;
2. Acquisition des moyens : il y a un manque de moyens remarquable, personnels et véhicules, suivi sur numéros d’urgence. La Clinique Ngaliema par exemple n’a qu’un seul respirateur sur le total de plus de 30 patients attendus. «À Kinshasa, les malades sont réorientés sur 6 hôpitaux publics qui manquent d’un peu tout, respirateurs, extracteurs, concentrateurs et même tout simplement de bonbonnes d’oxygène »;
3. Délivrance de ce virus «Réticence » du côté des patients : les patients à Kinshasa sont réticents à se présenter (car ils prennent le coronavirus comme une maladie honteuse), à fournir la liste des personnes contacts sûrs au début de l’épidémie ;
4. Elargissement des établissements devant accueillir les malades. Dans la capitale, la capacité d’accueil par hôpital varie de 10 à 30. Estimation riposte : 150 lits pour 123 cas positifs mais 12 millions d’habitants. Il faudrait que cela se fasse aussi vite que possible au vu de la multiplication des cas. Le gouvernement pouvait penser à élargir le champ d’accueil auprès des hôpitaux privés ;
5. Confinement total suivi des préalables socio-économiques ;
6. Le porte-à-porte. Il s’avère utile selon nos analyses qu’il y ait une campagne porte-à-porte qui devra commencer dans les communes pilotes touchées : Gombe, Kinshasa, Kintambo. L’Afrique du Sud qui était à son 5ème décès le 1er Avril, a pris la décision de faire le porte-à-porte. Et Kinshasa qui en est à son 11ème décès.
7. Obligation à ceux qui doivent à l’Etat de solder leurs dettes. La pandémie du coronavirus ne doit pas suspendre le pays dans les aires. L’argent de l’Etat se volatilise en RDC. Beaucoup de politiques ont détourné ou emprunté des sommes colossales, allusion faite dans les affaires de 100 jours, et les dettes du FPI.
Les responsabilités de la population : respect des mesures
Le CMR Covid-19 rappelle les recommandations du Président de la République démocratique du Congo. Il s’agit notamment de la suspension de tous les vols en provenance des pays à risque et de transit. Seuls les avions et les navires cargos et autres moyens de transport frets sont autorisés à accéder au territoire national.
Report des voyages à destination du pays de tous les passagers résidant dans les pays à risque jusqu’à nouvel ordre ; Imposition d’une mise en quarantaine de 14 jours maximum à toute personne suspectée à l’issue du test de température. Ce, pour un examen approfondi et au besoin l’interner, dans les hôpitaux prévus à cet effet.
Il y a également l’interdiction de tout rassemblement, réunions, célébrations, de plus de 20 personnes sur les lieux publics. Le Président a aussi décidé de fermer les écoles, universités, instituts supérieurs officiels et privés sur l’ensemble du territoire national. Une mesure qui a commencé le 19 mars 2020 pour une durée de 4 semaines ; suspension de tous les cultes pour une période de 4 semaines à compter à partir de la même date ; suspension des activités sportives dans les stades et autres lieux de regroupement sportif jusqu’à nouvel ordre; interdiction, jusqu’à nouvel ordre, de l’ouverture des discothèques, bars, cafés, terrasses et restaurants.
D’autres mesures restent nécessaires : se laver régulièrement les mains, respecter la distanciation interhumaine, éternuer dans les coudes etc.
«Si on prend vite conscience et on respecte les recommandations du président de la République et d'autres experts de la Santé, je pense que nous pouvons avoir quelque dizaines, centaines ou quelque milliers de morts. Mais on dépassera pas les chiffres qu'on voit aux États-Unis ou en France », a rappelé Dr Jean-Jacques Muyembe.
Orel Bikandem

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir