Journée mondiale des compétences des jeunes 15 juillet:Des compétences pour renforcer la résilience chez les jeunes à l’ère de la COVID-19, et au-delà

m._leandre_benon_enseignant_a_lecole_dakoitchaou_au_benin_et_une_de_ses_eleves_pendant_une_lecon_de_mathematiques

Des compétences pour renforcer la résilience chez les jeunes à l’ère de la COVID-19, et au-delà.
L’édition 2020 de la Journée mondiale des compétences des jeunes se déroule dans un contexte tout à fait exceptionnel. La plupart des gouvernements du monde ont temporairement fermé des établissements d'enseignement afin de contenir la propagation de la pandémie de COVID-19. Ces fermetures nationales affectent plus de 60 % de la population étudiante mondiale, estime l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Plusieurs autres pays ont mis en place des fermetures localisées affectant des millions d'apprenants supplémentaires.

Une enquête réalisée par l’UNESCO, l'Organisation internationale du Travail (OIT) et la Banque mondiale auprès d’organismes d’enseignement et de formation techniques et professionnels (EFTP) révèle que l’apprentissage à distance est aujourd’hui devenu le moyen le plus courant de transmettre des compétences, ce qui entraîne des difficultés considérables en termes de préparation, d’adaptation des programmes, de connectivité, d'évaluation ou de certification des stagiaires et des formateurs.

Déjà, avant cette crise, les jeunes (15-24 ans) avaient trois fois plus de risques d’être au chômage que les adultes. Selon l’OIT, plus d'un jeune sur six a cessé de travailler depuis le début de la pandémie de COVID-19, et ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur temps de travail diminuer de 23 %. En outre, la pandémie inflige un triple choc aux jeunes : non seulement elle anéantit leurs perspectives d’emploi, mais elle perturbe aussi leurs études et leurs formations et constitue une entrave pour ceux qui veulent accéder au marché du travail ou cherchent à changer d’emploi.

L'importance de cette Journée

La hausse du chômage des jeunes est l’un des plus grands problèmes auxquels les économies et les sociétés sont confrontées dans le monde actuel, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement.

Le nombre de jeunes actuellement non scolarisés, sans emploi ni formation (NEET) augmente, et les jeunes femmes sont deux fois plus susceptibles d’être concernées que leurs homologues masculins, souligne le dernier rapport « Tendances mondiales de l’emploi des jeunes 2020 », publié par l’Organisation internationale du Travail (OIT). Le terme « NEET » est souvent utilisé pour désigner cette catégorie de jeunes et vient de l'anglais : « not in employment, education or training ».

En 2016, 259 millions de jeunes étaient classés comme NEET, un chiffre qui aurait grimpé à 267 millions en 2019 et devrait continuer d’augmenter pour atteindre 273 millions en 2021. En termes de pourcentage, la tendance est aussi à la hausse – de 21,7 % en 2015 à 22,4 % en 2020. Ces tendances impliquent que l’objectif assigné par la communauté internationale de réduire sensiblement le taux de NEET d’ici à 2020 ne sera pas atteint.

Proclamée en 2014 par l'Assemblée générale des Nations Unies, la Journée mondiale des compétences des jeunes souligne l’importance de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP) pour donner aux jeunes la possibilité de développer leurs compétences et d’accélérer leur transition vers le monde du travail. Elle vise aussi à promouvoir l’acquisition de compétences par les jeunes car celles-ci les mettrait mieux à même de faire des choix en connaissance de cause concernant leur vie et leur travail et leur donnerait les moyens d’accéder à un marché du travail en évolution.

L'enseignement et la formation techniques et professionnels

Les compétences et l’emploi des jeunes sont des éléments fondamentaux du Programme de développement durable pour l’après 2030 et des 17 objectifs de développement durable. L’une des cibles de l’objectif 4 vise à augmenter considérablement, d’ici à 2030, le nombre de jeunes et d’adultes disposant des compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat.

L’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP) peuvent fournir aux jeunes les compétences nécessaires pour accéder au monde du travail, notamment les compétences leur permettant de travailler à leur compte. L’EFTP peuvent également aider les entreprises et les communautés à s’adapter à l’évolution des compétences exigées, accroître la productivité et augmenter les niveaux de rémunération. Cet apprentissage peut réduire les obstacles en termes d’accès au monde du travail, par exemple au moyen de la formation en situation de travail, et faire en sorte que les compétences acquises soient reconnues et certifiées. Il peut en outre offrir des opportunités de développement des compétences aux personnes peu qualifiées qui sont sous-employées ou sans emploi, aux jeunes déscolarisés et aux individus qui ne sont ni employés, ni étudiants ou en formation (NEET).

Onu-infos

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir