EDITO : Nous sommes potentiellement de futurs ancêtres

Peinture «The Rumble in the Jungle 2019» par Mickaël Molinié

Les parents prennent en général soin de leurs enfants. Ne pas le faire est considéré comme un manquement moral. A ce titre, aucun parent ne se vanterait de négliger sa progéniture.

Il arrive que certaines personnes voient dans leurs rejetons une source de revenu ou des bras corvéables à souhait. Cependant la bienséance veut que l’exemplarité soit de prendre soin des enfants à qui nous avons donné le jour.
Dans ce domaine, les parents les plus exemplaires ont la charge de leurs enfants jusqu’à ce que ces derniers soient en mesure de se prendre en charge.

Il existe certes de nombreux cas où des personnes ne sont pas en mesure d’assumer cette charge : de nombreux enfants sont amenés très tôt à se dé-brouiller par eux-mêmes. D’aucuns s’en sortent. Nombreux sont ceux qui alimentent hélas les réseaux de trafics de main d’œuvre enfantine.

Certains parents pensent leur devoir accompli quand ils ont pu donner à leurs enfants, les moyens de se prendre en charge. Et c’est déjà très bien et digne de louange. Cependant, la question de ce qui va arriver aux générations futures devraient faire partie de notre responsabilité morale.
Quel patrimoine laissez à nos descendants ?
Cette question peut sembler hors de propos lorsque l’on n’arrive déjà pas à subvenir à ses propres besoins. Certaines personnes vivent dans une grande précarité et le font au jour le jour. Il n’empêche que donner plus de chance à nos enfants, que nous en avons eu, est un élan à cultiver pour qui se soucie de sa descendance. Et même si nous n’en avons pas les moyens, il est bon d’y réfléchir et d’éduquer nos enfants dans ce sens.

Pourquoi ?

Parce que notre manière de vivre, de produire, de consommer, de voter s’en trouveraient modifier si nous avons à cœur de laisser à nos enfants un meilleur monde que celui dont nous avons hérité. Même ceux parmi nous qui peuvent s’enorgueillir d’être de très bons parents, ne sont pas toujours aptes à se laisser guider dans leurs choix par la préservation de cet héritage. Il est vrai que léguer une maison, de l’argent, une entreprise, un champ, un terrain est déjà une aide considérable qui donne de meil-leures chances au départ de la vie.

Quelle autre voie ?

Les idées que nous défendons. Les engagements auxquels nous nous attachons. Le mode de vie que nous préservons. Les élus que nous choisissons. Notre façon de produire, de consommer et de nous soigner… constituent des manières de façonner le monde que nous voulons léguer aux générations futures. Et ne nécessitent pas forcément d’avoir des moyens importants pour agir. Il s’agit avant tout de faire les bons choix, de donner le bon exemple, la bonne éducation. Faire le choix d’une industrialisation régionale, qui crée des emplois, là où sont consommés les produits fabriqués.

Ne pas institutionnaliser la spéculation. Eviter de déléguer les décisions politiques à des régulateurs, qui ne sont pas des élus et qui n’ont donc pas de compte à rendre. Investir dans des projets familiaux… sont autant de façons parmi tant d’autres de continuer à être de bons parents ; d’assurer la continuité de sa descendance pour avec le temps devenir un ancêtre.

Oxo.
Rézo Tube Média (RTM)
Peinture «The Rumble in the Jungle 2019» par Mickaël Molinié

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir