Lutte contre la corruption en RDC : Charlie Mingiedi propose la stratégie de Singapour!

Charlie Mingiedi

Je voudrais d’abord poser la question au tribunal…!!! » Fin de citation
C’est à cause de l’arrogance avec laquelle un présumé (Dircab du président de la république soit-il) s’est adressé au juge d’un tribunal siégeant en audience foraine dans la prison de Makala, qui m’a poussé à écrire cette énième tribune.
La question que tout congolais a le droit de se poser est la suivante :  » Était-ce important d’imposer au nouveau chef de l’État un programme de 100 jours avec autant de réalisations ?  »

Je suis estomaqué de lire certains tweets qui stipulent qu’il n’y a pas eu détournement des deniers publics mais il y a seulement eu rétro-commissions autrement dit la corruption légalisée par l’État congolais, Que je déplore de toute mon énergie.

Je me rends compte que plusieurs de mes compatriotes ont perdu de vue que le prévenu Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi (pour ne pas le citer) a été entendu sur Procès Verbal et il a fait des déclarations en signant ledit PV…
Je ne m’attarderai pas sur ce que les deux prévenus ont dit mais je compte me concentrer sur un autre aspect des choses sur lequel on nous a toujours floué, pour que le peuple congolais ne puisse voir que du noir.
Pour rappel:

°le montant global du programme d’urgence de 100 jours est de 304,097 millions de dollars américains, 206 millions proviendront du trésor public.
° 27 millions seraient financés par le FONER et 70 millions par le FPI.
° Selon le tableau synthèse présenté par le prévenu Kamerhe, cela montre que l’exécution de ce programme sera bouclée au-delà des 100 jours.
Pour cette période, il faudra encore mobiliser 184 millions USD supplémentaires.
Donc pour les totaux de 488,145 millions USD.
Le prévenu Kamerhe nie catégoriquement et se demande même pourquoi il se retrouverait à la prison Makala ?
Le prévenu Kamerhe dit n’avoir signé aucun document pour un quelconque décaissement…
Et pourtant dans son communiqué du 14 janvier ou 25 janvier 2019 signé par lui-même, il interdit tout payement sauf par son autorisation.
Il répondra que c’était sur INSTRUCTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.
À la question de savoir s’il a écrit au ministre des finances, lui donnant un planning des payements sur le programme d’urgence de 100 jours, il ne se souvient plus de ses correspondances…
Quel alibi grotesque !!!
Quant à la lettre du 11 mars écrite par le prévenu Kamerhe instruisant le directeur général de l’autorité de régulation des marchés publics, d’accorder tous les marchés de gré à gré venant de lui, sur instruction du chef de l’État.
C’est ça qu’on appelle le trafic d’influence et l’abus du pouvoir.
Est-ce ce directeur général ne savait pas qu’il fallait au préalable soumettre des dossiers aux exigences de la loi avant toute conclusion ?

Tout ça sent LA MAFIA!!!

Le duo Kamerhe et Jamal me rappelle les années 90( précisément en 1995) à l’époque du Zaïre où le Premier Ministre Kengo Wa Dongo était contraint d’expulser des libanais pour débarrasser le Zaïre d’une sorte de Mafia bénéficiant de FORTES COMPLICITÉS AU PLUS HAUT NIVEAU DE LA RÉPUBLIQUE.
Il n’y avait pas seulement des Libanais mais aussi des Indo-Pakistanais.
Comme l’histoire se répète toujours… Aujourd’hui, cette mafia a maintenant un grand cercle auquel s’ajoutent les chinois…
Si le prévenu Kamerhe persiste et signe, disant que tout ce qu’il a fait c’était sur l’instruction du chef de l’État, alors la justice sera obligée de faire comme ça s’est passé en Italie, au début des années 90.
Pour la première fois, un chef d’État, entendu comme un témoin, a été appelé à déposer sous serment. Comme c’est aussi une première de voir un Dircab d’un chef d’État congolais se retrouvait derrière les barreaux et devant un tribunal.
Ce n’est pas mon souhait mais j’ai comme l’impression que c’est le souhait du prévenu Kamerhe, qui apparemment ne veut pas mourir seul.

Il est plus que temps, que cette mafia qui perdure depuis des décennies puissent prendre fin dans notre cher pays.

Pour expliquer cette mafia qui baigne dans la corruption, l’ex Vice-président de l’Assemblée nationale monsieur Kabund pour ne pas le citer a démontré la théorie de deux bonbons… C’est tout ce que la génération future retiendra de lui!!!

Je conseillerais au prévenu Kamerhe de plaider coupable pour arrêter cette humiliation qu’il veut infliger à toute sa famille comme il le prétend.
Tout se passe par cette structure mafieuse, c’est la raison pour laquelle le prévenu veut faire croire à tout le monde que son nom ne figure dans toutes les transactions bancaires pour justifier ce détournement dont il est accusé.
Mais dans cette structure mafieuse il n’est pas nécessaire que le détourneur puisse signer ou avoir son nom se retrouver sur un document. ( PHÉNOMÈNE CAMÉLÉON).

Quand je regarde ce qu’est devenu la vie des enseignants aujourd’hui, j’ai des larmes aux yeux !!!!
Savez-vous combien d’enseignants sont morts depuis ce programme d’urgence de 100 jours?
Et surtout depuis les états d’urgence à répétition ?

Que la RDC puisse appliquer la rigueur de Singapour pour mettre fin à cette corruption qui gangrène notre économie qui est prise en otage par cette mafia terrifiante.

La suite dans ma prochaine tribune qui parlera du dossier  » professeur LUZOLO BAMBI ».

Par le notable de Madimba et activiste Mingiedi Mbala N’zeteke Charlie Jephthé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir