Dérapage dans l’Eglise de réveil : prof. Jean Kambayi Bwatshia talonne les «Tata pasteurs »

Dérapage dans l’Eglise de réveil : prof. Jean Kambayi Bwatshia talonne les «Tata pasteurs »

Bien plus, à part les attaques et les critiques acerbes que ces «Eglises» lancent contre les Eglises Traditionnelles, la catholique singulièrement, elles ne se démarquent pas d’elle fondamentalement. En effet, dans leur apparaître, du point de vue accoutrement, il est difficile de distinguer un prêtre ou évêque catholique des « Tata pasteurs. »

Image

Au-delà de ce vide doctrinal, les églises de réveil se contentent du bruit, du tapage médiatique, publicitaire et relevant du marketing impropre. Alors que Jésus que les « Tata pasteurs » prétendent suivre, guérissait les malades et les infirmes dans l’humilité totale et parfaite ; pourquoi eux guérissent-ils avec arrogance, tapage et publicité? Pourquoi certains d’entre eux posent-ils le diagnostic, conseillent des bains spéciaux, massent de parties du corps en pommadant, administrent des « fluides magico-fétichiste », préconisent des rapports sexuels avec les adeptes filles ou femmes ?

Et que dire de la prédication au sujet des collectes et des aumônes ramassées outrancieusement et sélectivement? A ce sujet, les « Pasteurs fondateurs » crient haut et fort : « Vendez vos biens et donnez les en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas, en effet inépuisables dans les cieux, ou ni le voleur n’approche ni mite ne détruit, car où est votre trésor, là aussi sera votre cœur » (Lc 12, 33) Ou encore « Quant à la collecte en faveur des saints, suivez, vous aussi, les instructions que j’ai données aux églises de Galatie. Que le premier jour de la semaine, chacun de vous mettre de côté chez lui ce qu’il aura pu épargner, en sorte qu’on n’attende pas que je vienne pour recueillir les dons. Et une fois près de vous, j’enverrai, munis de lettres, ceux que vous aurez jugés aptes à porter vos libéralités à Jérusalem, et s’il vaut la peine que j’y aille aussi, ils feront le voyage avec moi ». (1 Co 16, 1-4).

A y voir de près, l’expérience montre que la plupart des pasteurs sont à la recherche du pain quotidien qu’il trouve facilement dans l‘exploitation de la naïveté des masses kinoises qui cherchent à conjurer le sort de la misère dans laquelle elles vivent. L‘expérience montre aussi qu‘en général, « les Tata pasteurs » sont presque tous « sectaires » et passent leur temps à se pointer réciproquement le doigt. Et l’absence de doctrine est liée au fait que la plupart n’ont pas, conformément à la loi, une licence ou un doctorat en théologie. Cela étant, ils ont choisi d’exercer dans l‘informel parce que là la prière, avec toile de fond la morale chrétienne, constitue la source d’un enrichissement rapide. 

Professeur Jean Kambayi Bwatshia , Directeur du Centre de Recherche sur les Mentalités et l’Anthropologie Juridique « Eugemonia »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir